Zer duzu buruan “Pareko leihotik: Zaldun lasaia”-ri buruz

  • “Quand je sens en chemin

    les trépidations de ma machine 

    Il me monte des désirs

    dans le creux de mes reins…

    je n’ai besoin de personne

    en Harley Davidson

    je ne reconnais plus personne

    en Harley Davidson

    Je vais à plus de cent 

    et je me sens à feu et à sang 
    que m’importe de mourir
    les cheveux dans le vent! 
    (Harley Davidson, Serge Gainsbourg)

Utzi erantzuna

Zure e-posta helbidea ez da argitaratuko. Beharrezko eremuak * markatuta daude